Carnet de bord d'une reprise

par LOLA CONTESSI, ULIEGE (Université de Liège)- novembre 17

classe de Nancy Delhalle, Histoire et analyse du théâtre

Extrait page 5

Mardi 03/10∙Répétitions 

 

Le travail de reprise des Fils de Hasard, Espérance et Bonne Fortune a maintenant débuté depuis plusieurs mois. Des répétitions de chants ont d’abord été organisées. Martine de Michele a ensuite convié les acteurs à répéter certaines de leurs scènes avant ces répétitions de chants. Les nouveaux venus dans la pièce, ceux qui ont changé de rôle depuis l’année dernière ou les « jeunes » comédiens sont particulièrement concernés. La metteuse en scène laisse la responsabilité aux « vieux » de se remémorer leur texte et de travailler seuls leur jeu. Tous les mardis, les acteurs les plus « jeunes » arrivent ainsi au Manège Fonck aux alentours de 17h, après leur journée de travail pour la plupart. Les autres acteurs les rejoignent ensuite progressivement pour répéter les chants à partir de 19h. Aux environs de 18h, les plus « jeunes » font une pause. La cuisine se remplit petit à petit des acteurs de la compagnie et du doux fumet des plats mitonnés par Valérie Kurevic (alias Coco), Martine de Michele ou Pierre Clément. Martine explique que, depuis la phase de création, la compagnie a pris l’habitude de s’occuper des repas des acteurs. 

Aujourd’hui, les acteurs interprétant la version « jeune » des mineurs (Samir Bakthar, Hugo Pereira de Castro et Gianni La Rocca) répètent leurs principales scènes. En l’absence de David Izri, Renzo Eliseo donne la réplique aux trois autres. Il leur prodigue également des conseils et corrige

leur accent italien. En effet, tous ne parlaient pas italien avant le début du spectacle. Ils ont dû commencer cet apprentissage durant la phase de création de la pièce. Les acteurs maitrisant la langue italienne sont donc les garants de son exactitude, en termes de prononciation comme de grammaire. Martine explique d’ailleurs que dans la compagnie, chacun peut donner son avis. Durant les répétitions, l’ambiance est à la confiance, ce qui permet aux observateurs de rire sans aucune ambiguïté et de donner leur opinion sur le jeu des autres acteurs. Le débat et la transmission font loi...